Cargèse aux Calanques de Piana et au golfe de Girolata

Publié le par Dan

C’était le mardi 14 juillet 1999

de Aujourd'hui tout l'équipage est réveillé de bonne heure, nous sommes fin prêt pour un départ à 8h. Depuis quelques jours le bulletin météo radiodiffusé est mystérieusement brouillé, il faudra s'en passer. 

Grace à une petite brise matinale qui nous pousse doucement, nous doublons le capo Rosso vers 10h00 une brume orangée et légère enveloppe les montagnes, le soleil à du mal à percer, c'est dans cette atmosphère que nous pénétrons dans le golfe de Porto. Puis longeant les roches rouges de Piana nous apercevons notre calanque repérée sur la carte notre mouillage pour l’après midi.

 

Midi, nous flottons sur une eau transparente prés d'une plage de galets occupée par quelques baigneurs et autres plongeurs arrivés par un long chemin abrupt qui descend de la montagne impraticable en voiture.

 

 A l'ombre du taud du cockpit, nous savourons quelques olives arrosées d’un vin corse. 

 Après le repas baignade pour tout le monde, même les plus frileux.

 

Certains s'essayent à la plongée avec masque, tuba est palmes. Quelques poissons paresseux se prélassent au milieu de l’herbier de Posidonie, rien ne semble les effrayer.

Après le bain, douche en plein air à l'arrière du bateau. C’est le moment de rejoindre notre mouillage pour la nuit : l'anse de Girolata. Cet endroit situé au nord du golfe de Porto, est très connue et attire de nombreux bateaux, il ne faut pas tarder si l'on veut une place confortable.

 

  

 

 

 

Nous arrivons dans l’anse en fin d’après-midi. Ici aussi l'accès par la terre est impossible, quelques bateaux assurent la liaison avec Galéria, et conduisent les touristes vers de petits restaurants aux terrasses abritées sous des canisses. On y sert des spécialités locales, chevreaux, porcs sauvages nourris aux glands, fromage de chèvre, le tout arrosé de vin du pays.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article