de Propriano à Cargèse

Publié le par Dan

C’était le lundi 13 juillet 1999

Après un réveil un peu tardif et une rapide visite de la ville sans grand intérêt, il est midi lorsque nous hissons les voiles.

Dés la sortie du port, le site que nous avions traversé de nuit impose sa majesté. La vaste baie sous le soleil de midi est environnée de montagnes aux  nombreux sommets de plus de 1000m dont le point culminant dépasse 1700 m.. Des forêts de pins dévalent les pentes jusqu'à la mer, peu de village ou de maison isolée, quelques plages presque désertes.

A la sortie de la baie le vent nous abandonne.

Quelques heures plus tard, au delà du golfe d'Ajaccio et des îles Sanguinaires la chaleur est accablante, nous arrêtons le moteur pour un bain en pleine mer. Puis c’est la traversée du golfe de Sagone, et enfin nous atterrissons à Cargèse.  

 

Des maisons blanches surplombent le port, elles  abritent une population composée majoritairement de Grecs émigrés et de leurs descendants. Cette petite ville pittoresque aux maisons modestes semble vivre hors du temps et du monde moderne. Nous prenons un verre à la terrasse d'un café ombragé par quelques platanes centenaires.

 Puis depuis les parvis de deux églises dont l'une de culte orthodoxe est en réfection, nous admirons le panorama sur la baie que nous venons de traverser. Nous redescendons au bateau par un chemin bordé de figuier qui embaume, les rochers en contre bas sont couverts d'énormes plantes grasses, plus bas, le port, et enfin la mer bleu marine, sous un ciel sans nuages.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article