Mer agitée

Publié le par Dan

Le lendemain matin, grasse matinée, douche, donner quelques nouvelles à la famille, prendre la météo puis nous larguons les amarres.

Le soleil brille, une petite brise nous pousse doucement, nous décidons de nous faufiler entre les Deputy récifs puis cap au sud.

En fin d'après midi, nous voilà au large de Strangfor lough,

- "il faut réduire’ nous lance le cuisinier",

le bateau gîte vraiment trop pour préparer le dîner.

A 20h00 le bulletin météorologique, nous annonce un « avis de grand frais ».

Pourtant la nuit sera calme. C’est avec le jour que le vent tourne plus au sud et se renforce nous contraignant à une navigation au pré, puis la mer devient forte et hachée et rend notre navigation laborieuse. Vers midi, nous sommes en vue du phare de Rockabill, la mer est de plus en plus forte, le flot est contre nous, notre dérive augmente considérablement, le vent dépasse sûrement sept beaufort dans les rafales.

Voilà plus d’une heure, que le phare de Rockabill nous nargue, nous nous trouvons à quinze milles de Howth nous sommes trempés et fatigués, Dominique et Françoise, malades, sont étendus sur les couchettes, le bateau les malmenant sans ménagement, le cockpit est une véritable baignoire, dont la vidange se réalise difficilement, ce qui a pour effet de nous inonder les manches et les bottes; fatigués, nous nous aidons du moteur pour regagner Howth au plus vite.

Vers18h00, le sommet de Ben of Howth abritant notre port d’attache est en vue.

Il est vingt heures, nous sortons les pare-battage et les aussières pour la dernière fois. Des chalutiers rentrent de la pêche, quelques dériveurs s’entraînent à l’abris des vagues dans le chenal d’entrée pour nous la croisière s’achève.

Ce soir, nous dînons dehors dans un fish and ship. Morue/frites, thé.

De retour au bateau, il est 10h00, nous nous endormons avec dans tout le corps, le souvenir de la tempête de la journée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article