Au large de Cannouan, dimanche 19 janvier 1997 (matin)

Publié le par Dan

En route vers les Grenadines, un puissant hors-bord nous rattrape: ce sont des pécheurs qui nous abordent pour nous proposer leur pêche. Nous choisissons deux langoustes que nous marchandons (une ou deux bouteilles de vin et quelques dollars EC*). Puis marché conclus, nous les plongeons dans des seaux pleins d'eau de mer afin de les conserver vivantes jusqu’au repas.

Nous arrivons à destination et nous relâchons enfin dans les Tobago cays de l'archipel des Grenadines. C’est l’heure où le soleil plombe et fait péter tous les bleus de la création. Allez savoir pourquoi les tripes sont parcourues d’un serrement jouissif à la vue de ce turquoise inimitable que l’on ne trouve qu’ici, là ou le sable issu du broyage de la rencontre incessante du corail et des vagues soulevées par l’alizé atteint cette inimitable blancheur aveuglante. Ce mouillage est entouré d'îles couvertes de cocotiers ondulant sous l’Alizé. Jamesby, Petit Bateau, Baradal ne sont que l'émergence du plus vaste récif de corail de l'ouest des Caraïbes. L’endroit est très fréquenté, très photographié, filmé sous tous les angles.

Après le repas, principalement composé de langoustes, l'après midi est consacré à la plongée, sur le récif pour les plus téméraires, ou prés de l'îlot Baradal pour les autres.

Le soir le temps se rafraîchit, le T shirt devient indispensable, autour du Ti punch habituel.

Cette nuit, la mer sera plus agitée qu'à l'habitude car notre mouillage n'est pas abrité des bourrasques de l'océan Atlantique et encore moins des vents violents lors des passages des grains.

 

 

 

* Dollars East Carrabien

 

 

 

Commenter cet article