HENNINGSVAER/STAMSUND: rencontre avec " l'Express Cotier"

Publié le par Dan

Départ de Kabelvag dans la brume.

Vers midi, passage à la pointe sud de l’île d’Austvagoya. Un archipel abrite Henningsvaer, c’est le port de pêche le plus connu des Lofoten, situé au pied de hautes montagnes rocheuses, son approche est compliquée dans un dédale de chenaux et de ponts traîtres. Il est composé de quais où on a peine à imaginer que pendant la campagne de pêche d'hiver, ils sont remplis de centaines de bateaux. Nous nous amarrons au ponton du restaurant local, puis nous déambulons le long des ruelles aux petites maisons alignées dans une charmante anarchie, leurs fenêtres, ornées de rideaux de dentelle contrastent sur les façades, rouge brique, jaunes, vertes ou bleues.

Retour en mer, et plus tard, traversée du Henningsvaerstraunen bras de mer vers Stamsund, après une passe étroite, pas facile à repérer au milieu d’un rempart d’îlots granitiques. Nous découvrons le port à l’allure un peu désolée, cerné de grands bâtiments vides. C’est un ancien port baleinier aux nombreux quais encombrés de quelques énormes bateaux-usines qui attendent sagement la prochaine campagne de pêche.

Au fond du bassin, caché derrière un promontoire, un ponton pour les plaisanciers de passage.

Balade au village, arrivée de « l’Express Côtier » ferry qui cabote du sud au nord de la Norvège, impressionnant de luxe.

Plus loin, dans une jolie petite baie, un charmant mouillage, avec une A.J: imaginer une grosse maison de pêcheurs sur pilotis, avec une large terrasse en bois dominant le fjord, le tout dans un calme parfait, protégé par de belles montagnes. Au bas du ponton, une barque et des palangres sont à votre disposition. Atmosphère un peu baba, avec un petit goût de Robinson, un rien bordélique, le tout dans la bonne humeur. Sur la terrasse au bord de l'eau, certains papotent, d'autres rêvassent... Une vraie auberge, quoi!

Retour au bateau, pour une partie de Scrabble, dans la douce chaleur du carré où ronronne le radiateur électrique.

 

 

 

Commenter cet article