SVOLVAER: mais où donc se garer lorsque déboule l'"Express Cotier"

Publié le par Dan

8h 00, sortie du sommeil par la clarté qui ruisselle des hublots, j’émerge sur le pont. De larges plaques de lumière illuminent le flanc des montagnes, faisant étinceler les plaques de neige. La crique est ridée par de douces risées qui font vibrer les reflets verts de la forêt . C’est tout simplement beau.

9h30, appareillage, direction le Sud-Ouest pour le Raftsundet et le fameux Trollfjord. Semis d’îlots à bâbord, montagne à tribord. Vers midi, nous pénétrons dans le fjord attendu. Rives escarpées couvertes de sapins sombres, vent portant, nous avançons dans un site enchanteur, calme, silencieux.

Bientôt une petite baie s’ouvre à tribord, avec un ponton et de jolies maisons aux couleurs fraîches, c’est le port de Digermulen. Visite express, église en bois, cimetière discret, fleurs à profusion. Le brouillard insistant nous oblige à abandonner la visite du Trollfjord pour gagner directement Svolvaer.

A mesure de notre avancée, le plafond s’élèvent un peu, découvrant les rives l’une est constituée d’une haute paroi rocheuse magnifique, avec une cascade, et au sommet des neiges éternelles, l’autre, d’une petite prairie enchâssée dans un cirque rocheux, avec un chalet discret et son petit wharf, où mouillent quelques barques.

Puis c’est le passage étroit de Rekeness, mais où donc se garer lorsque déboule l’Express Côtier? (paquebot assurant les liaisons entre les grands ports de la façade Atlantique...)

En fin d’après midi, sortie de Oyhellsundet , il faut déchiffrer la carte et surveiller les fonds, sortir les jumelles et repérer des alignements, finalement, ce n’est pas sorcier.

Déjà, nous apercevons notre destination, devinons les premiers îlots, un petit phare, puis la passe et le grand bassin calme. Après une reconnaissance, nous avisons un ponton tout neuf et vide c’est l’accès au « Brejd Café »

Les paysages qui entourent la ville sont réputés superbes: pitons rocheux et neiges éternelles avec le fameux pic de la chèvre à deux sommets, dont une flèche rocheuse de 569m de haut, aujourd’hui perdus dans la brume.

 

 

Commenter cet article