Oû les goélands sont astucieux

Publié le par Dan

Il est 2h 30, et nous distinguons enfin une jetée, éclairées par une lumière blafarde, où, malgré l’heure tardive, quelques pêcheurs trempent une ligne. Bonne nuit les gars !

Que se passe-t-il ? il fait jour,quelle heure est-il ? Le gardien de la marina me sort de ma couchette, il nous souhaite la bienvenue, bref éhange, nous lui rendrons visite plus tard. Une odeur bizarre flotte dans l'air, un rapide coup d’œil à l’extérieur pour constater que les pontons sont couverts de guano, des touffes d’herbes poussent ça et là entre les planches, le port semble abandonné.

Un bruit particulier, attire notre attention. Une colonie abondante et criarde de goélands, hantent les pontons, les poissons doivent être rares dans cette eau glauque, pour assurer leur survie, il faut être astucieux, il nous est donc permis d’assister à un rite curieux: certains goélands, les plus forts, arrachent de leur bec une des moules collées sur des piliers puis s’élèvent dans les airs, lâchent la bivalve de façon à ce qu’elle se casse en percutant le ponton, puis descendent pour avaler goulûment la chair, astucieux non?

Après le petit déjeuner, visite de Ayr capitale du conté. Ville animée, très commerçante, historique, ou naquit le poète Robert Burns (inconnu pour ma part jusqu’à ce jour) au XVIII siècle.

Ce soir, après les spaghettis carbonara, avalés au bateau, nous allons mesurer la température des pubs écossais. Il y a foule, house-music, bière, chaude ambiance, mais dehors l’orage gronde, le retour au bateau, sera arrosé!

 

 

Commenter cet article