Où sont les phallus de Koh Rok?

Publié le par Dan

depuis quelques jours nos navigations se caractérisent par du mi-temps moteur. Celle d’aujourd’hui n’échappe pas à la règle. L’étape sera longue, mais à l’arrivée l’île est de toutes beautés, on aimerait y rester plusieurs jours !



L'étape d'aujourd'hui sera longue, plus de trente milles pour atteindre l'archipel de Koh Rok et plus précisement l’île de Koh Rok Nok notre refuge pour la nuit. Nous hissons les voiles pour quelques heures de navigation avec le vent. En début d'après midi, calme plat, pour arriver à destination le moteur tournera jusqu'à 17h00.
Ces îles offrent un mouillage abrité à cette saison. Le chenal de séparation est profond et praticable avec prudence. L’eau est claire sur un fond de sable.
Ici aussi, il vaut beaucoup mieux prendre un des coffres fourni par les gardes du Parc National il se sur le coté sud de Koh Rok Nai.
Attention : le coffre le plus prés de la plage est situé sur le récif de corail (drôle d’idée !). Nous nous sommes échouer heureusement sans gros dégâts, à quelques mètres de celui-ci. Nous avons du attendre, une heure et demi, la montée des eaux pour nous dégager. En attendant, nous avons marchandé un poissons (Tazar, 400bath soit 8E) qui nous à nourri pendant deux jour.
Sur la plage du chenal de Koh Rok Nok, il existait un intéressant lieu de pèlerinage avec beaucoup d’effigies en bois, la plupart d’entre elles de nature phallique. Le sanctuaire a été dévasté lors du tsunami. Lors de vos baignades, ne pas s'étonner de rencontrer des phallus flottants qui errent dans les environs.
Pour les amateurs de plongée avec « bouteilles », il existe à 12 miles à l’Ouest-Sud–Ouest, un a pic plongeant à une profondeur de 70 mètres, c’est un site de spectaculaire, malheureusement il a été endommagé par la dynamite de pêcheurs sans scrupule en janvier 2002.
Enfin, c’est sur les deux îles de Koh Rok Nok et Koh Rok Nai que s’est tourné la version française, qui m'est inconnue, de la série "Survivor".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article