La citée lacustre du delta de Pan Yi

Publié le par Daniel LAGORCE

Le nord de la mer d’Andaman, c’est du grand spectacle, on y tourne des films d’aventure, les touristes s’y bousculent et nous au milieu, on musarde, on admire, on s’extasie.


 

Ce matin nous quittons Ao Po, avant l’arrivée des touristes, nous empruntons la passe au nord de Koh Yang, très utilisée par les embarcations locales. Dés la sortie nous apercevons dans la brume l’île de Koh Phanak, notre première destination de la journée. Ile longiligne qui change d’aspect suivant la direction d’approche, en venant de l’Est ou de l’Ouest quatre sommets sont remarquables, depuis le sud, elle nous semble très étroite et haute.
Peux de bateaux, les bruits sont étouffés, plus nous avançons plus nous nous sentons isolé au milieu du brouillard, dans une atmosphère hors époque de type 'Jurassic Park'.
A midi, baignade seul au monde prés d’une paroi de 200m de haut. La brume se lève en se début d’après midi, et nous continuons notre route vers Koh Phing Kan : l’île de James Bond.
Nous naviguons au milieu d’îles et d’îlots composés de massifs calcaires diversement effondrés, de rivières souterraines et de grottes à moitiés noyées, visitées par les touristes en canoë.
Plus de 40 îles dont certains s’élèvent à quelques 300m. voir plus au-dessus des eaux troubles de la baie composant un paysage des plus pittoresque semblable à celui plus connu de la baie d ‘Along au Vietnam.
L’origine de cette région remonte à l’aire tertiaire soit plus de 136 millions d’années.
Le corail et d’autres organismes marins riches en carbonate de calcium se sont accumulés dans cette zone.
Les mouvements tectoniques suivants l’aire tertiaire on fait subir d’énorme pression à ces roches sédimentaires, contraignant le calcaire encore mou à se fissurer, s’élever, ou s’effondrer en disparaissant sous les eaux. Les mouvements des rochers, la glaciation et les divers courants marins provoquèrent la formation du paysage visible aujourd’hui.
Vers 14h00, nous arrivons à Koh Phing Kan, rendue fameuse par le film de James Bond « L’homme au pistolet d’or », cette île est devenue une attraction touristique majeure, visitée par des centaines, voir des milliers de touristes chaque jour. La plupart d’entre eux viennent en bus, puis en longtail depuis Phang Nga.
Koh Phing Kan a un joli lagon, ou « hongs », tout comme beaucoup d’îles aux environs, pourtant ignorées du tourisme organisé.
Il est 15h00 quand nous quittons ce mouillage animé. Au loin, dans la brume, nous devinons l’entrée de la rivière de Koh Pan Yi, connu dans le « business » touristique comme le village des « gitans de la mer » elle est construite presque entièrement sur pilotis au sud des falaises abruptes de l’île. En fait les gens ici sont des pêcheurs musulmans et les gitans les plus proches vivant loin au sud sur l’île de Phuket.
Le phare sur une des îles de l’entrée est maintenant perceptible, il permet l’approche et l’entrée de la rivière par le sud, la route directe n’est pas possible, pas de chenal balisé au milieu des hauts-fonts, les renseignements et les cartes doivent être utilisés avec prudence.
Une heure après, nous arrivons à destination, un « local » nous indique la zone de mouillage à l’Est du village sur la rive gauche de la rivière, un voilier s’y trouve déjà. Un stationnement plus prés du village semble pourtant possible sur l’autre rive, prendre garde aux nombreux viviers flottants.
Vers 18h00, nous profitons d’un « longtail » pour une visite des lieux et nous rendre au village. Il y a des appontements permettant l’accès aux nombreux restaurants et boutiques qui vendent des souvenirs aux touristes et des produits ménagers, conserves, légumes, et autres… au millier d’habitants qui vivent ici.
A midi, jusqu’à 3000 touristes sont accueillis dans le village et les nombreux restaurants, ici encore, l’alcool est complètement banni ici.
Le calme revient en fin d’après-midi, quelques visiteurs peuvent trouver un logement dans un petit hôtel/restaurant qui sert de la langouste, un peu cher, mais délicieuse.

Commenter cet article